Page:Marguerite de Navarre - L’Heptaméron, éd. Lincy & Montaiglon, tome II.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


mais la bailla à une autre et se retira en une chappelle, où elle passa l'envye qu'elle avoit de rire.

"Il me semble, mes dames, que celles à qui l'on presente de telles choses, devroient desirer en faire œuvre qui vint à aussy bonne fin que feyt ceste bonne dame; car elles trouveroient que les bienfaicts sont les joyes des bien faisans. Et ne fault poinct accuser ceste dame de tromperie, mais estimer de son bon sens, qui convertit en bien ce qui de soy ne valloit riens. - Voulez-vous dire, ce dist Nomerfide, que ung beau dyamant de deux cens escuz ne vault riens? Je vous asseure que, s'il fust tumbé entre mes mains, sa femme ne ses parens n'en eussent riens veu. Il n'est rien mieulx à soy, que ce qui est donné. Le gentil homme estoit mort, personne n'en sçavoit rien: elle se fust bien passée de faire tant pleurer ceste pauvre vieille. - En bonne foy, ce dist Hirca, vous avez raison, car il y a des femmes qui, pour se montrer plus excellentes que les autres, font des œuvres apparantes contre leur naturel, car nous sçavons bien tous qu'il n'est riens si avaritieux que une femme. Toutesfois, leur gloire passe souvent leur avarice, qui force leurs cueurs à faire ce qu'ilz ne veullent. Et croy que celle qui laissa ainsy le diamant n'estoit pas digne de le porter. - Holà! holà, ce dist Oisille, je me doubte bien qui elle est; parquoy, je vous prie, ne la condanne poinct sans veoir. -