Page:Marie de France - Poésies, éd. Roquefort, I, 1820.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
29
SUR LES LAIS.

les règles. Les Trouverres appelèrent Lais, des chansons, des contes dévots, des fabliaux et même des fables. Ainsi le roi de Navarre composant une chanson en l’honneur de la Vierge, dit qu’il va faire un Lai[1]. Il en est de même d’Audrefroi-le-Bastard[2]. Gautier de Coincy[3], dans ses Contes Dévots[4] intitule quelques-unes de ses pièces Lais à la Vierge. Les Trouverres appelèrent Lais d’Amour, des chansons en l’honneur des dames ; les Lais d’Aristote[5], de Con-

  1. Chanson LXIV, Poësies du roi de Navarre, publiées par Lévesque de la Ravallière, t. II, p. 156.
  2. Ms de la Bibl. royale, n° 7222. Voyez aussi le Recueil ms. des Poëtes françois avant 1300, à la bibl. de l’Arsenal, pag. 850, 852, 855. Le Grand d’Aussy, Fabliaux et Contes, in-8°, tom. III, pag. 168—176, en a traduit cinq.
  3. Voyez sur ce religieux, De la Poësie françoise dans les XIIe et XIIIe siècles, p. 189, Glossaire de la langue romane, t. II, p.761, col. 2.
  4. Ms. M., n° 20, et N, n° 2, fonds de l’église de Paris et fonds de la Vallière, n° 2710.
  5. Par Henri d’Andelys, ms. 7218 et 7615, imprimé dans le nouveau Barbazan, t. III, p. 96, traduit par Le Grand d’Aussy, t. I, p. 197.