Page:Marie de France - Poésies, éd. Roquefort, II, 1820.djvu/502

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
490
POÉSIES

Ço sachiez bien k’on ne pot mie
Saner ses plaïes è sa vie ;
Mult èrent horribles è granz
Tuz-jors noveles è parissans
Tel plaïe i out que fu runde
E desmesures è parfunde.
E me dit k’a sun plus lung deit
La parfundesce n’atendreit ;
E quant il vit la joune-gent
Gabber desordenéement2050
Tuit apertement lur diseit,
S’il séussent k’els atendeit,
E quels tormenz è quel ennui
Il ne gabbèrent nul de lui.
Quinze anz après sun tens fini
Jo nel’ ai pas mis en obli,
Gileberz conta icel fait,
Al Autor k’il nus ad retrait,
Si cum Oweins li out conté,
E li Moignes dunt j’ai parlé,2060
Tut ço que je tus ai ci dit,
E tut mustré par mun escrit.

Puis parlai-jo à dous abbez
D’Irlande èrent bons ordenez,
Si lur demandai de cel estre
Si ço poeit véritez estre.