Page:Marivaux - Théâtre, vol. I.djvu/424

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

pondre ; je viens de lui parler, et j’ai son aveu pour vous dire que vous pouvez lui demander ma main quand vous voudrez.


Arlequin.

Avant que je la demande à lui, souffrez que je la demande à vous ; je veux lui rendre mes grâces de la charité qu’elle aura de vouloir bien entrer dans la mienne qui en est véritablement indigne.


Lisette.

Je ne refuse pas de vous la prêter un moment, à condition que vous la prendrez pour toujours.


Arlequin.

Chère petite main rondelette et potelée, je vous prends sans marchander. Je ne suis pas en peine de l’honneur que vous me ferez ; il n’y a que celui que je vous rendrai qui m’inquiète


Lisette.

Vous m’en rendrez plus qu’il ne m’en faut.


Arlequin.

Ah ! que nenni ; vous ne savez pas cette arithmétique-là aussi bien que moi.


Lisette.

Je regarde pourtant votre amour comme un présent du ciel.


Arlequin.

Le présent qu’il vous a fait ne le ruinera pas ; il est bien mesquin.


Lisette.

Je ne le trouve que trop magnifique.


Arlequin.

C’est que vous ne le voyez pas au grand jour.