Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome I.djvu/352

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
302
histoire des églises et chapelles de lyon

Willermoz, frère de Frédéric, donataire du terrain ; Goiran, notaire du 1er arrondissement ; Desjardins, architecte ; Jean-Pierre Vacher et Jean-Angélique Fontbonne, vicaires.

Façade de Saint-Bernard (d’après le projet non encore exécuté).

On construisit d’abord les fondations, l’abside et deux travées de la grande nef de 1859 à 1862, puis on s’arrêta, faute de ressources. En juillet 1862, le conseil de fabrique voulant poursuivre l’édifice, demanda un devis à l’architecte : celui-ci, après étude, estima à 428.000 francs la dépense totale du monument, sauf la façade. On se remit à l’œuvre et les sculptures intérieures furent confiées à Aubert, sculpteur à Lyon.

L’édifice fut presque achevé en quatre ans, de sorte que, le 18 août 1866, M. Dutel bénissait l’église à 10 heures du soir et sans cérémonie, parce que l’église devait être consacrée le lendemain. Le 19, eut lieu la prise de possession, présidée par M. Pagnon, vicaire général. Le 20, la paroisse montait à Fourvière en pèlerinage de reconnaissance. Le 4 octobre, on procédait à l’érection d’un Chemin de Croix provisoire, et en avril 1867 au définitif. Les dépenses de la construction avaient dépassé toutes les prévisions : les fondations avaient coûté 30.000 francs, le chœur 167.000, les deux premières travées 50.000, les quatre autres 130.000, divers travaux imprévus, engagés sans autorisation, 144.000 francs, soit un total de 521.000 francs.

À M. Dutel succéda Jean-Joseph Claraz qui, de curé de Sainte-Anne du Sacré-Cœur, fut appelé à gouverner Saint-Bernard, le 15 novembre 1868. Son installation eut lieu le 29, par M. Chaumont, curé de Saint-Polycarpe, en présence de MM. Parel, curé de Saint-Augustin ; Napolier, curé de Saint-Eucher ; Durand, curé du Bon-Pasteur ; Fond, curé de Saint-Bruno ; Fontbonne, Berjon et Moral, vicaires de Saint-Bernard. Le nouveau pasteur, pour contribuer à