Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome I.djvu/366

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
314
histoire des églises et chapelles de lyon

Cœur, où l’autel, de marbre blanc, est surmonté de la statue du Sacré-Cœur. Contre la muraille est adossé un autre petit autel de chêne dédié à Notre-Dame de Lourdes. La chapelle est éclairée par deux vitraux séparés par un large trumeau et représentant six scènes différentes. La première verrière surmonte l’autel du Sacré-Cœur et rappelle : 1° la Naissance de Jésus ; 2° l’Adoration des mages ; 3° Jésus à douze ans conduit au temple par Marie et Joseph ; 4° Jésus au milieu des docteurs ; 5° le Baptême du Sauveur ; 6° Jésus et les enfants. L’autre vitrail domine l’autel Notre-Dame de Lourdes, et représente : 1° la Cène ; 2° l’Agonie de Jésus au jardin des Oliviers ; 3° le Portement de Croix ; 4° la Crucifixion ; 5° la Mise au tombeau ; 6° la Résurrection.

Projet non exécuté d’une église au Champ-de-Mars.

Dans la nef de gauche s’ouvre la chapelle de la sainte Vierge. L’autel de marbre blanc est surmonté de la statue de la Mère de Dieu ; contre la muraille est placé un petit autel de chêne portant une statue de saint Joseph. La chapelle est éclairée par deux vitraux ; celui qui surmonte l’autel de la Vierge représente : 1° la Naissance de Marie ; 2° Sainte Anne instruisant la sainte Vierge tandis que saint Joachim les contemple ; 3° la Présentation de Marie au temple ; 4° son Mariage ; 5° l’Annonciation ; 6° la Visitation. La seconde verrière domine l’autel Saint-Joseph et représente : 1° la Fuite en Égypte ; 2° l’Atelier de Nazareth ; 3° la Descente du Saint-Esprit sur Marie et les apôtres ; 4° la Mort de la Mère de Dieu ; 3° son Assomption ; 6° son Couronnement.

À côté de ces chapelles se voient les portes des deux sacristies qui se font vis-à-vis. Elles sont toutes deux surmontées d’un tableau : celui de droite représente l’Apparition du Sacré-Cœur à Marguerite-Marie Alacoque ; celui de gauche, Notre-Dame du Rosaire. Contre les murailles des basses-nefs, à la hauteur de la chaire, se trouvent deux petits autels de chêne. Celui de droite est surmonté de la statue de sainte Blandine, les mains enchaînées, et le regard tourné vers le ciel. Tout à côté on a placé une statue du bienheureux J.-B. Vianney, curé d’Ars, offerte à M. le curé Faurax en l’honneur de ses vingt-cinq ans de ministère à Sainte-Blandine. L’autel de gauche est dédié à saint Antoine de Padoue et est surmonté de la statue du saint.