Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome II.djvu/104

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
88
histoire des églises et chapelles de lyon

À partir de ce moment, la chronologie des abbés d’Ainay devient plus sûre et l’on marche sur un terrain documenté. Bernard de Talaru-Chalmazel gouverna l’abbaye de 1107 à 1112. Ponce lui succéda ; il est connu par une charte de Sibille, comtesse de Beaujeu, et par un échange de possession entre le chapitre de Saint-Jean et Étienne, abbé de la Chaise-Dieu. Ses successeurs furent Ogier 1131-1139 ; Bérard Augier ; Hugues Ier Palatin 1135, dont il est peut-être question dans une lettre adressée par saint Bernard à l’archevêque de Lyon, où le saint religieux se plaint que l’abbé d’Ainay ait été injustement condamné par ce prélat. Guichard II, qui obtient, en 1153, du pape Eugène III une bulle de protection ; Étienne qui transige avec l’évêque de Mâcon en 1186 ; Humbert II, dont on retrouve la signature dans une charte de Jean, archevêque de Lyon, en 1190 ; il éprouve des difficultés avec les Templiers, et construit, dit-on, la chapelle abbatiale ; Ermendric ou Aymendric qui, en 1200, échange des possessions avec Renaud de Forez, archevêque de Lyon ; et en 1210, en qualité de légat apostolique, tranche le différend survenu entre l’église de Beaujeu et une nommée Pétronille ; plus tard, il abdique sa charge abbatiale, et se retire dans le prieuré de Saint-Julien en Jarez ; Jean Ier le Roux, 1212-1215, né à Yzeron, a lui aussi des difficultés avec les Templiers, et construit le château de Vernaison ; Renaud III, 1217, et Jean, 1221, deux abbés omis par la Gallia christiana, et cités par M. Vachez, Guillaume de Sartines, 1225-1229 ; Girin de Clermont, 1230-1250, qui signe un traité avec le monastère de Saint-Oyend, aujourd’hui Saint-Claude, et en 1236, donne une maison aux Frères-Prêcheurs de Lyon ; Ayglier, 1252-1268, d’abord abbé d’Ainay, puis chapelain du pape, enfin archevêque de Naples : c’est en cette dernière qualité qu’il fonda plusieurs anniversaires dans l’abbaye d’Ainay dont il avait gardé le meilleur souvenir ; Gaudemar, 1268-1272, transige avec Thomas, abbé de Saint-Sulpice en Bugey ; Joscerand de Lavieu, 1274-1300, d’abord prieur de Saint-Julien en Jarez ; il assiste au concile de Lyon en 1274, reçoit l’hommage de Guichard de Marzé, fait une transaction avec Isoard de Bron, devient l’exécuteur testamentaire de Sibille, comtesse de Savoie, enfin passe un traité avec Briand, seigneur de Rochebaron.

Nous voici au xive siècle, époque où l’abbaye jette un lustre particulier ; les abbés sont : Antelme Rigaud, 1300-1307 ; Humbert III de Varey ou de Vergy, 1307-1313, qui reçut l’hommage de Jean de Fontanelle de Chazay, assiste à la reconnaissance des reliques de saint Ennemond, et abdique avant sa mort ; Jean II de la Palnd, 1314-1324, qui échange des possessions avec Catherine, abbesse de Notre-Dame de Brienne, près d’Anse ; Guillaume de Laire, 1328-1330 ; Barthélémy de Civins, 1332-1361, personnage important, docteur endroit, auparavant prieur de Tence ; il demande au pape d’être exempté de certains points de la règle monastique, conclut un traité avec Henri de ^’illars, archevêque de Lyon, au sujet de certaines possessions de l’abbaye que réclamait ce prélat, enfin transige avec Hugues de Genève, seigneur d’Anthon, il fut enseveli à l’entrée du cloître, près de la salle capitulaire ; Guillaume d’Oncieux, 1363-1370, qui prête serment de fidélité à l’église Saint-Jean de Lyon, cède la chapelle Notre-Dame de Châtillon-les-Dombes, et conclut un traité avec Pierre, abbé d’Ambronay ; Adam du Mont, 1380 ; Barthélémy, 1394 ; Antoine de Bron, 1400-1411, qui transige avec Guillaume, abbé de Bèze (Côte-d’Or), et assiste à la transla-