Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome II.djvu/423

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
401
point-du-jour

vieillards. Peu à peu les établissements se multiplièrent, non seulement en France, mais en Europe, bien plus, dans le monde entier, et c’est là un des faits les plus surprenants, disons mieux, providentiels et miraculeux de notre époque.

La première maison lyonnaise des Petites-Sœurs fut établie au quartier de la Villette, en novembre 1851. Elle compte actuellement trente-cinq religieuses et trois cent vingt vieillards. Les archevêques de Lyon et les personnes de la haute société ont fréquemment visité cette maison et même servi les vieillards, pour montrer aux déshérités de la fortune combien la charité chrétienne est capable de rapprocher les classes qui semblent éloignées. L’établissement de la Croix-Rousse fut créé en décembre 1861 : vingt-cinq religieuses y soignent plus de deux cent cinquante vieillards. La troisième fondation est celle de Vaise, établie en juillet 1879 : elle compte vingt-cinq Petites Sœurs et cent quatre-vingts vieillards. Récemment, on a fondé un quatrième établissement situé à la Quarantaine.

POINT-DU-JOUR

La paroisse du Point-du-Jour est de création récente. Elle fut fondée pour soulager la paroisse Saint-Irénée qui s’étendait aux limites de Lyon : c’était autrefois la pleine campagne ; aujourd’hui de nombreuses maisons et villas peuplent cette extrémité de la ville.

Église du Point-du-Jour.

L’église du Point-du-Jour, bâtie il y a peu d’années, est un édifice de style roman bien régulier et produisant un excellent effet artistique. Le maître-autel de pierre blanche est orné, sur le devant, de trois statuettes : le Sacré-Cœur, saint Pierre et saint Paul. La chapelle de droite est dédiée à la Sainte Vierge, l’autel possède aussi un bas-relief représentant l’Annonciation et il est surmonté d’une statue de la Mère de Dieu ; la chapelle de gauche est sous le vocable de Saint-Joseph.

L’église est ornée de deux objets d’art sur lesquels il importe d’attirer l’attention. Contre le mur de droite est un crucifix d’ivoire, placé sur un fond de velours noir, dans un cadre doré, style Louis XIV. L’expresssion est belle et touchante. Dans le transept de droite se trouve un tableau représentant la Visitation qui, par l’audace des raccourcis, rappelle les œuvres de Thomas Blanchet. Sainte Élisabeth, placée au centre de la composition, est vêtue d’une tunique