Page:Marx - Le Capital, Lachâtre, 1872.djvu/300

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


manente, le travail champêtre, si rude qu’il soit, les conduit, en général, par des acheminements plus ou moins rapides, au paupérisme ; paupérisme toujours si imminent, que la moindre maladie ou le moindre manque passager d’occupation nécessite un appel immédiat à l’assistance paroissiale. La résidence d’une population d’agriculteurs dans une paroisse y fait donc évidemment augmenter la taxe des pauvres… Il suffit aux grands propriétaires fonciers[1] de décider qu’aucune habitation de travailleurs ne pourra être établie sur leurs domaines, pour qu’ils soient sur-le-champ affranchis de la moitié de leur responsabilité envers les pauvres. Jusqu’à quel point la loi et la constitution anglaises ont-elles eu pour but d’établir ce genre de propriété absolue, qui autorise le seigneur du sol à traiter les cultivateurs du sol comme des étrangers et à les chasser de son territoire, sous prétexte « de disposer de son bien comme il l’entend » ? c’est là une question que je n’ai pas à discuter… Cette puissance d’éviction n’est pas de la théorie pure ; elle se réalise pratiquement sur la plus grande échelle ; elle est une des circonstances qui dominent les conditions de logement du travailleur agricole… » Le dernier recensement permet de juger de l’étendue du mal ; il démontre que dans les dix dernières années la destruction des maisons, malgré la demande toujours croissante d’habitations, a progressé en huit cent vingt et un districts de l’Angleterre.

En comparant l’année 1861 à l’année 1851, on trouvera qu’à part les individus forcés de résider en dehors des paroisses où ils travaillent, une population plus grande de cinq un tiers pour cent a été resserrée dans un espace plus petit de quatre et demi pour cent… « Dès que le progrès de la dépopulation a atteint le but », dit le docteur Hunter, « on obtient pour résultat un show-village (un village de parade), où les cottages sont réduits à un chiffre faible et où personne n’a le privilège de résider, hormis les bergers, les jardiniers, les gardes-chasses et autres gens de domesticité ordinairement bien traités par leurs bienveillants seigneurs[2]. Mais le sol a besoin d’être cultivé, et ses cultivateurs, loin de résider sur les domaines du propriétaire foncier, viennent d’un village ouvert, distant peut-être de trois milles, où ils ont été accueillis après la destruction de leurs cottages. Là où cette destruction se prépare, l’aspect misérable des cottages ne laisse pas de doute sur le destin auquel ils sont condamnés. On les trouve à tous les degrés naturels de délabrement. Tant que le bâtiment tient debout, le travailleur est admis à en payer le loyer et il est souvent bien content de ce privilège, même lorsqu’il lui faut y mettre le prix d’une bonne demeure. Jamais de réparations d’aucune sorte, à part celles que peut faire le pauvre locataire. La bicoque devient-elle à la fin tout à fait inhabitable, ce n’est qu’un cottage détruit de plus, et autant de moins à payer à l’avenir pour la taxe des pauvres. Tandis que les grands propriétaires s’affranchissent ainsi de la taxe en dépeuplant les terres qui leur appartiennent, les travailleurs, chassés par eux, sont accueillis par la localité ouverte ou la petite ville la plus proche ; la plus proche, ai-je dit, mais ce « plus proche » peut signifier une distance de trois ou quatre milles de la ferme où le travailleur va peiner tous les jours. Outre la besogne qu’il fait journellement pour gagner son pain quotidien, il lui faut encore parcourir l’espace de six à huit milles, et cela n’est compté pour rien. Tout travail agricole accompli par sa femme et ses enfants subit les mêmes circonstances aggravantes. Et ce n’est pas là le seul mal que lui cause l’éloignement de son domicile, de son champ de travail : des spéculateurs achètent, dans les localités ouvertes, des lambeaux de terrain qu’ils couvrent de tanières de toute espèce, élevées au meilleur marché possible, entassées les unes sur les autres. Et c’est dans ces ignobles trous qui, même en pleine campagne, partagent les pires inconvénients des plus mauvaises habitations urbaines, que croupissent les ouvriers agricoles anglais…[3] » D’autre part, il ne faut pas s’imaginer que l’ouvrier qui demeure sur le terrain qu’il cultive y trouve le logement que mérite sa vie laborieuse. Même sur les domaines princiers son cottage est souvent des plus misérables. Combien de propriétaires

  1. Pour faire comprendre la suite de la citation, nous remarquerons qu’on appelle close villages (villages fermés) ceux qui ont pour propriétaires un ou deux gros seigneurs terriens, et open villages (villages ouverts) ceux dont le sol est réparti entre plusieurs propriétaires. C’est dans ces derniers que des spéculateurs en bâtiments peuvent construire des cottages et des maisons.
  2. Un village de ce genre présente un assez bon aspect, mais il n’a pas plus de réalité que ceux que Catherine Il vit dans son voyage en Crimée. Dans ces derniers temps le berger a été banni, lui aussi, de ces show villages. A Market Harborough, par exemple, il y a une bergerie d’environ cinq cents acres, où le travail d’un seul homme suffit. Pour lui épargner des marches inutiles à travers ces vastes plaines, ces beaux pâturages de Leicester et de Northampthon, on avait ménagé au berger une chambre dans la métairie. Maintenant on lui paie un shilling de plus, pour qu’il loue un domicile à une grande distance, dans un village ouvert.
  3. « Les maisons des ouvriers (dans les localités ouvertes et naturellement toujours encombrées) sont pour l’ordinaire bâties par rangées, le derrière sur la limite extrême du lambeau de terrain que le spéculateur appelle sien. L’air et la lumière n’y peuvent donc pénétrer que sur le devant. » (Dr Hunter’s Report, l. c., p. 136.) Très souvent le vendeur de bière ou l’épicier du village est loueur de maisons. Dans ce cas l’ouvrier de campagne trouve en lui un second maître à côté du fermier. Il lui faut être en même temps son locataire et sa pratique. « Avec dix shillings par semaine, moins une rente de quatre livres sterling qu’il a à payer chaque année, il est obligé d’acheter le peu qu’il consomme de thé, de sucre, de farine, de savon, de chandelle et de bière, au prix qu*il prend fantaisie au boutiquier de demander. » (L. c., p. 13 1.) Ces localités ouvertes forment en réalité les « colonies pénitentiaires » du prolétariat agricole anglais. Un grand nombre de ces cottages ne sont que des logements disponibles où passent tous les vagabonds de la contrée. L’homme des champs et sa famille, qui dans les conditions les plus répugnantes avaient souvent conservé une pureté, une intégrité de caractère vraiment étonnantes, se dépravent ici tout à fait. Il est de mode parmi les Shylocks de haute volée de lever pharisaïquement les épaules à propos des spéculateurs en cottages, des petits propriétaires et des localités ouvertes. Ils savent pourtant fort bien que sans leurs « villages fermés » et sans leurs « villages de parade » ces localités ouvertes ne pourraient exister. Sans les petits propriétaires des villages ouverts, la plus grande partie des ouvriers du soi serait contrainte de dormir sous les arbres des domaines où ils travaillent. » (L. c., p. 136.) Le système des villages « ouverts » et « fermés » existe dans toutes les provinces du centre et dans l’est de l’Angleterre.