Page:Marx - Salaires, prix, profits.djvu/58

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


qui en constitue la valeur. Maintenant, appliquant cette notion de la valeur, comment pourrons-nous définir, par exemple, la valeur d’une journée de travail de dix heures ? Combien y a-t-il de travail contenu dans cette journée ? Dix heures de travail. Dire que la valeur d’une journée de travail de dix heures égale dix heures de travail, qu’elle égale la quantité de travail qu’elle contient, ce serait dire deux fois la même chose, presque dans les mêmes termes, et, de plus, cela n’aurait pas de sens. Il va sans dire que le sens véritable, mais caché, de l’expression « Valeur du Travail » une fois trouvé, nous serons en mesure d’interpréter cette irrationnelle et, en apparence, impossible application de la valeur, de même qu’une fois assuré du mouvement réel des corps célestes, on est en mesure d’expliquer leurs mouvements apparents.

Ce que vend l’ouvrier, ce n’est pas directement son Travail, mais sa Force de travail, qu’il met temporairement à la disposition du capitaliste. Cela est si vrai que la loi, sinon en Angleterre, — je n’en sais rien, — mais certainement dans plusieurs pays du continent, fixe le maximum de la durée pour laquelle un homme a le droit d’aliéner sa force de travail. S’il lui était permis de le faire pour une période de temps indéfinie, l’esclavage serait du même coup rétabli. Si, par exemple, une telle aliénation s’étendait à sa vie entière, elle ferait de lui l’esclave à vie de son patron.

Un des plus anciens économistes et des philosophes les plus originaux de l’Angleterre, — Thomas Hobbes, — dans son Leviathan, avait déjà d’instinct touché ce