Page:Mary Summer - Histoire du Bouddha Sakya-Mouni, 1874.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


jamais de nier la puissance des dieux, il en tient peu de compte, et les traite en général assez lestement.

Au milieu de cet enthousiasme universel, trois filles du démon, Rati, Arati et Trichnâ[1], conçurent la folle pensée de séduire le saint ; elles voulaient venger leurs sœurs ; en pareil cas les femmes ne doutent de rien. Sans consulter leur père, ces étourdies prirent la forme de jeunes femmes qui avaient déjà une fois été mères. En se donnant les apparences de beautés expérimentées, elles croyaient se rendre plus agréables et mieux réussir dans leurs coupables projets. Mais le Bouddha, sans même les regarder, les changea en vieilles décrépites. La punition était terrible, et la tradition birmane assure qu’il se contenta d’une sévère réprimande.

La mauvaise saison et la pluie étant venues, Moutchilinda, le roi des serpents, demanda au sage la permission de l’envelopper dans ses replis pour le préserver du froid ; d’autres Nâgas en firent autant, et, pendant sept jours, le Bouddha resta abrité sous cette pyramide de serpents. Il paraît que ce contact leur causa un bien-

  1. C’est-à-dire plaisir, déplaisir et désir ardent.