Page:Massenet - Mes souvenirs, 1912.djvu/56

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
48
MES SOUVENIRS

grands peintres qui ont eu un culte spécial pour la campagne des environs de Rome. Ses études et ses tableaux avaient été conçus au milieu des brigands de la Sabine. Son allure solide et décidée l’avait fait estimer et craindre de ses hôtes d’aventure. Il était bien un papa exquis pour tous ses enfants de l’Académie de France à Rome.

La cloche du déjeuner sonna. Cette fois, c’était le vrai cuisinier qui l’agitait, et non plus moi, qui, la veille, m’étais bénévolement chargé de ce soin.

La salle à manger avait repris son aspect confortable de tous les jours. Nos camarades furent absolument affectueux. Les serviteurs n’étaient plus des moines de contrebande que nous avions vus au repas de l’arrivée.

J’appris que je n’avais pas été le seul à être mystifié.

Voici la brimade qu’on avait infligée à notre bon camarade Chaplain :

On avait choisi pour son logis de la première nuit une chambre sans fenêtre, aux murs blanchis à la chaux, qui servait de débarras. Ce débarras, on l’avait transformé en chambre à coucher pour la circonstance. Des rideaux blancs fermés simulaient une fenêtre qu’on lui avait dit prendre vue sur le mausolée d’Hadrien. Le lit était disposé de manière qu’au premier mouvement il devait s’effondrer. Mon pauvre Chaplain essaya de dormir quand même. Il y avait dans cette chambre une petite porte qu’il n’avait pas ouverte. Par instant un camarade entrait, l’air tout effaré, se précipitait sur cette porte, puis disparaissait, en jetant ces mots : « Fais pas attention…