Page:Maupassant, Des vers, 1908.djvu/152

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



PREMIER MONSIEUR DÉCORÉ
Moi je reprends Feuillet. En voilà, de la prose !
Quand à tous les faiseurs de livres d’aujourd’hui
Je m’en prive. – Je n’ai plus l’âge où l’on peut lire
Beaucoup ; et mon journal suffit à mon ennui.

DEUXIÈME MONSIEUR DÉCORÉ
Le journal… et… le sexe !…
                                         – Ils ont ce petit rire
Par lequel on avoue un vice comme il faut. –

DEUXIÈME MONSIEUR DÉCORÉ
Et la table ?

PREMIER MONSIEUR DÉCORÉ
                            Oh ! ça non. – Je n’ai pas ce défaut.

DEUXIÈME MONSIEUR DÉCORÉ
Et vous vous occupez toujours de politique ?

PREMIER MONSIEUR DÉCORÉ
Beaucoup, c’est même là ma consolation !

DEUXIÈME MONSIEUR DÉCORÉ
Oh ! consacrer sa vie à la Chose publique,
Certes, c’est une grande et noble ambition.
Nous avons maintenant une fière phalange
D’orateurs à la Chambre.