Page:Maupassant - En rôdant, paru dans Le Gaulois, 14 février 1883.djvu/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Et, quand on dîne par hasard avec deux ou trois députés, de ceux qui forment la tête de la Chambre, on s’étonne de trouver des gens intelligents, intéressants, spirituels même parfois.

Un vieux représentant du pays, qui n’est plus rien, expliquait dernièrement ce mystère.

— Ce qui leur manque, disait-il, c’est l’habitude de penser ensemble. Ils n’ont pas d’esprit de corps. Il faut une grande pratique de la politique à une assemblée pour qu’elle devienne intelligente en masse.

Les qualités d’initiative intellectuelle, de libre arbitre, de réflexion sage et même de pénétration de tout homme supérieur, pris isolément, disparaissent en général dès que cet homme est mêlé à un grand nombre d’autres hommes. L’ensemble d’une assemblée est singulièrement inférieur à chaque membre de cette assemblée.