Page:Maupassant - Pot-pourri, paru dans Le Gaulois, 3 janvier 1883.djvu/10

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

les, et, entr’autres, un dialogue étourdissant de drôlerie entre deux ouvriers, intitulé : L’église française. C’est toute l’histoire, en quelques pages, d’une église qui rappelle un peu celle du célèbre abbé Loyson.

Boireau et Forget, deux ouvriers, se retrouvent et entrent ensemble au café. Forget est préoccupé, inquiet, et finit par avouer le souci qui le tracasse.

Marié en fait, mais non en droit, comme disait un témoin de l’affaire Peltzer, il vient d’avoir une fille et l’annonce à Boireau.

boireau

Après.

forget

Eh ben ! sa mère veut absolument qu’on la baptise.