Page:Maupassant - Pot-pourri, paru dans Le Gaulois, 3 janvier 1883.djvu/7

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

On pourrait chaque jour lui signaler quelqu’une des étranges et cocasses choses dont le mystérieux Paris fourmille ; et il lèverait les bras d’étonnement.

On a parlé déjà plusieurs fois dans les journaux d’une religion, ou plutôt d’une secte nouvellement établie ici, et qui s’appelle l’Armée du Salut. Les meilleures farces du Palais-Royal n’atteignent pas au niveau de ce qu’on raconte de cette association religioso-militaire.

Cette église d’opéra-bouffe, dont seul le grand Offenbach aurait pu composer les airs sacrés, a pour chef une jolie femme anglaise qui porte, dans l’exercice du culte, le titre de général. Deux officiers d’état-major, deux hommes l’aident dans ses fonctions.