Page:Meilhac, Halévy - Le Château à Toto.pdf/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



TOTO.

Absolument comme moi… à cela près que c’est tout le contraire… j’en suis parti riche et j’y reviens…


RAOUL.

Compris !


LA VICOMTESSE.

Comme c’est drôle tout de même… Il y a des gens qui… et puis il y en a d’autres… C’est très-drôle…


TOTO.

Tu trouves ça drôle, toi ?


LA VICOMTESSE.

Mais oui !


TOTO.

C’est pourtant bien facile à comprendre… Tu vas voir… As-tu ton étui à cigarettes ?


LA VICOMTESSE.

Oui…


TOTO.

Et, des cigarettes dedans ?


LA VICOMTESSE, tirant son étui de sa poche.

Oui…


TOTO.

Donne un peu ! (La vicomtesse lui passe l’étui. Toto l’ouvre, en retire les cigarettes et le lui rend vide.) Là, tu vois… maintenant j’en ai… et toi… tu n’en as plus… Voilà comment il se fait que je n’ai plus rien… O mon amour ! (Il l’embrasse.)


RAOUL.

Parfait l’apologue ! seulement il ne fallait pas rendre l’étui… La vicomtesse ne l’aurait pas rendu… elle… Pas vrai, vicomtesse ?


LA VICOMTESSE, sèchement.

Vous… faudra tâcher de trouver d’autres farces que celle-là… ou bien je dirai à Toto de prendre un autre ami.


RAOUL.

Il en est incapable ! n’est-ce pas, Toto ?