Page:Meilhac et Halévy - La Vie parisienne, 1866.djvu/100

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Scène VII

MADAME DE QUIMPER-KARADEC, MADAME DE FOLLE-VERDURE, LA BARONNE.



LA BARONNE.

En attendant qu’il revienne, asseyons-nous, mesdames, et dites-moi maintenant…


MADAME DE FOLLE-VERDURE.

Nous allons te dire… Ma tante a eu l’idée de revenir de la campagne quelques jours plus tôt qu’elle l’avait annoncé. C’était afin de voir comment nos gens se comportaient en notre absence.


MADAME DE QUIMPER-KARADEC.

Cette expérience a réussi, j’ose le dire, elle a complétement réussi.


MADAME DE FOLLE-VERDURE.

Nous arrivons à l’hôtel…


MADAME DE QUIMPER-KARADEC.

Il était splendidement illuminé, l’hôtel !…


MADAME DE FOLLE-VERDURE.

Et on y faisait en vacarme… Nous regardons par une perte entr’ouverte, et qu’est-ce que nous voyons ?… Mesdames nos femmes de chambre et messieurs nos domestiques, revêtus de costumes extravagants, et avec quelques-uns de leurs amis, en train de se livrer à une danse échevelée…


MADAME DE QUIMPER-KARADEC.

Et voluptueuse… J’emmène ma nièce, nous sortons, et je me fais conduire chez le commissaire de police.


MADAME DE FOLLE-VERDURE.

Nous trouvons là une façon de secrétaire, qui nous dit : M. le commissaire est couché.


MADAME DE QUIMPER-KARADEC.

Je réponds : Qu’il se lève, c’est une dame… Il se lève, arrive et demande : Où est la dame ?… C’est moi la dame… et je