Page:Meilhac et Halévy - La Vie parisienne, 1866.djvu/117

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE BARON.

S’est-on assez moqué ! Eh bien, puisque vous êtes garçon dans ce restaurant, il me faudrait un cabinet pour moi tout seul… parce que j’attends une personne…


URBAIN.

Qui ça, dites ?


LE BARON.

Je ne sais pas si je dois…


URBAIN.

Allez donc !


LE BARON.

Mademoiselle Métella.


URBAIN.

Comment peut-elle souper avec vous ce soir ? Elle doit être invitée au bal du Brésilien.


LE BARON.

Oui, elle me l’a dit ; mais elle a ajouté qu’elle trouverait moyen de s’échapper.


URBAIN.

Farceur !


LE BARON.

Qu’est-ce que c’est ?


URBAIN.

Eh ! bien ! quoi ? quand on a trinqué ensemble. (Entre Métella.) Tenez, la v’là, mademoiselle Métella !


Scène IV

Les Mêmes, MÉTELLA.



LE BARON.

Ah ! madame !


MÉTELLA, lui tendant sa sortie de bal.

Je vous en prie, débarrassez-moi !


LE BARON.

Comment donc…