Page:Meilhac et Halévy - La Vie parisienne, 1866.djvu/30

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ACTE DEUXIÈME

Un salon chez Gardefeu. — Portes au fond, à droite et à gauche.



Scène PREMIÈRE

ALPHONSE, puis FRICK, puis GABRIELLE.



ALPHONSE.

Ah çà ! mais, le train de Rambouillet est en retard, il parait… Monsieur m’avait dit qu’il rentrerait tout de suite… (On sonne.) Ah ! c’est lui… (Il ouvre la porte du fond.) Non, c’est Frick, le bottier.


FRICK, parait, portant à la main une paire de bottes d’homme et une de femme. — Accent allemand très-prononcé.

Oui, c’est moi.


ALPHONSE.

Bonjour, monsieur Frick. M. de Gardefeu n’est pas ici, mais il va rentrer.


FRICK.

Mon ami…


ALPHONSE.

Qu’est-ce que c’est ?


FRICK.

Je vous en prie, laissez-moi…