Page:Meilhac et Halévy - La Vie parisienne, 1866.djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LA BARONNE.

Ah ! il y avait une dame ?…


GARDEFEU.

Oui !


LA BARONNE.

Jolie ?…


GARDEFEU.

Très-jolie…


LA BARONNE.

Il y avait un monsieur aussi ?…


GARDEFEU.

Comment ?


LA BARONNE.

Oui, car j’ai trouvé ce billet… Oh ! je n’ai lu que le premier mot… Mon cher Raoul !


GARDEFEU.

Raoul, c’est mon nom…


LA BARONNE.

Comment, c’est à vous ?…


GARDEFEU, changeant de ton et amèrement.

À moi, non pas, madame, non pas !… Cette lettre est adressée à un autre Raoul… Est-ce qu’on m’écrirait une lettre comme cela à moi ?… Est-ce quelqu’un peut m’aimer, moi ?… (Regard étonné de la baronne… Gardefeu s’arrête et changeant de ton.) Si vous le voulez, madame, je ferai remettre à cette personne les bagues et la lettre.


LA BARONNE.

C’est entendu…


Scène XII

Les Mêmes, MÉTELLA.



ALPHONSE, entrant.

Monsieur, monsieur


GARDEFEU.

Qu’est-ce que c’est ?