Page:Meilhac et Halévy - La Vie parisienne, 1866.djvu/52

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



GARDEFEU.

Est-ce que vous en avez laissé plus ?


MÉTELLA.

Je ne sais pas… je croyais….


GARDEFEU.

Vous avez raison… il y en avait six ; nous retrouverons la sixième.


MÉTELLA.

Était-ce une bague ?… c’était un bracelet peut-être !


GARDEFEU.

Comme vous voudrez…


MÉTELLA.

Un bracelet alors, avec des émeraudes…


GARDEFEU.

Avec des émeraudes…


MÉTELLA.

Adieu, alors !


GARDEFEU.

Non, pas encore adieu !


MÉTELLA.

Comment ?


GARDEFEU.

J’ai une lettre pour vous.


MÉTELLA.

Une lettre de qui ?…


GARDEFEU.

Du baron de Frascata…


MÉTELLA, se souvenant vaguement de ce nom et cherchant ce qu’il lui rappelle.

Le baron de Frascata…


GARDEFEU.

Celui qui l’hiver dernier… Je m’en étais toujours douté !


MÉTELLA.

Mais puisque je vous jure…


GARDEFEU.

Eh ! à quoi bon maintenant ?