Page:Meilhac et Halévy - Théâtre, IV.djvu/285

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



JOSEPH.

Moi-même. Trop heureux de m’être trouvé là pour donner à monsieur ce petit renseignement.


GARDEFEU.

Et qu’est-ce que tu viens faire ici ?


JOSEPH.

Je ne suis plus domestique, monsieur, je suis guide.


GARDEFEU.

Guide !…


JOSEPH.

Oui, guide… cicérone… attaché au Grand-Hôtel… c’est moi qui suis chargé de promener les étrangers dans Paris et de leur détailler les beautés de la capitale.


GARDEFEU.

Et tu attends des voyageurs ?…


JOSEPH.

Oui, monsieur… j’attends un baron suédois, qui doit arriver par le premier train… un baron suédois accompagné de sa femme.


GARDEFEU.

Une baronne suédoise !


JOSEPH.

Naturellement.


GARDEFEU.

Une baronne suédoise, mais c’est une femme du monde !…


JOSEPH.

J’aime à le croire, monsieur.


GARDEFEU.

C’est le ciel qui me l’envoie !… Joseph…