Page:Mercure de France - Février 1766.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


été tué par les Gaulois. Le Capitaine, étant arrivé chez lui, dans la Gaule Celtique, épris de la beauté d’Erippe, dont la renommée s’étoit étenduë preſque par toute l’Aſie, prit la résolution de l’épouſer s’il apprenoit la mort de Xanthe, dont il projettoit de s’informer ſoigneuſement, & lui jura cependant de vivre auprès d’elle avec toute la retenuë, la modeſtie & le reſpect qui étoient dus à son ſexe & à la naiſſance ; à quoi il fut ſi ponctuel, qu’il parvint bientôt non-ſeulement à acquérir l’eſtime de la Dame, mais encore à la conſoler de ſa captivité.

    Combien en est-il aujourd’hui
Qui n’auroient pas été ſi ſcrupuleux que lui !
  Tel auroit cru par le droit de la guerre
    En avoir ſur ſa priſonnière,
Et ſans trop s’occuper du deſtin du mari,
Se ſeroit érigé sur L’heure en favori.
Mais notre Cavara fait conſiſter ſa gloire
    À ne tenir cette victoire
    Que des ſacrés nœuds de l’hymen.
    Reverrons-nous ces mœurs ? … Amen !

Xanthe avoit été dangereuſement bleſſé lorſque ſa femme fut enlevée, & même étoit reſté parmi les morts. Ses amis l’en ayant retiré pour lui rendre les derniers