Page:Mercure de France - Mars 1766.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
60
MERCURE DE FRANCE

Qu’à jamais le cours de leurs vies
Soit semé de perles, de fleurs !
Un Prélat[1] plein de ta sagesse,
Du Clergé la gloire & l’honneur,
Serre ce nœud qui l’intéresse :
Quel présage pour leur bonheur !

Par Mlle Cosson De La Cressoniere.

QUESTION


Comment doit-on gouverner l’efprit &
le cœur d'un enfant pour le faire parvenir
à l’état d'homme heureux & utile ?



Lhomme ne peut trouver fon bonheur qu'en lui-même ; c'est en vain qu'il le cherche dans les objets étrangers à fon être, le dégoût chez lui fuit de près la poffeffion d'un objet auquel il a cru fa félicité attachée, & les peines en font prefqu'inféparables.

Celui-là eft vraiment heureux, qui content de lui-même, confidère fon âme & n'apperçoit en elle aucun trait qui ait pu offenser ou le Ciel ou les hommes.

  1. M. l'Évêque de Metz, oncle de M. le Vicomte de Laval, donnoit la bénédiction nuptiale.