Page:Mercure galant - Juillet 1702.djvu/26

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Que troublant de la Paix les plus sacrez               concerts,
Elle veüille changer nos Villes en                             deserts,
Ses efforts ne sçauroient suspendre nostre            joye,

*
Plus sage, plus vaillant que les Heros de                Troye,
Tu maistrises le fort, tu braves ses                         revers,
Déja tes fiers Rivaux de honte sont                        couvers
D’une rage inutile ils deviennent la                         proye.

*
De tes rares vertus tes Neveux                             embellis.
Sur le Rhin, sur le Pô, font respecter les                 Lis,
Et montrent en tous lieux ta gloire                         répanduë.