Page:Meyer - Girart de Roussillon, 1884.djvu/314

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
60
girart de roussillon

y avait là des Bavarois et des Allemands, l’un parle tiois [1], l’autre roman. Vingt d’entre eux sont partis, montés sur des mulets amblants ; ils passent le pont de Loire...., et vont à don Fouque dans les prés de Sans [2]. Le comte les vit venir, il se leva et les baisa tous les vingt sans nulle fierté. S’il en est un qui soit malveillant pour l’autre, il ne le laisse pas voir.

115. Les comtes mirent pied à terre dans les prés. Il y avait là Enguerrant et le comte Joffroi, Aimon et Aimeri et Andefroi ; les autres damoiseaux étaient des barons tiois. « Seigneurs », dit Fouque, « pourquoi cette armée que je vois assemblée par ces prés, par les collines, par les plaines, par les bois ? Sur qui veut marcher le roi Charles ? — Sur le comte Girart, » dit Andefroi, « il lui enlèvera la Bourgogne, comme il en a le droit. — Par mon chef ! » dit Fouque, « non ! il ne sera pas dit que par sa mauvaise foi il aura dépouillé le comte ! Je connais assez Girart le puissant marquis pour dire que, si le roi marche sur lui deux mois ou trois, les Lorrains frapperont de l’épée, comme aussi les Bourguignons, les Désertois [3], les Bigots [4], les

  1. Bas-allemand.
  2. Sic Oxf. et P. Je ne sais ce que c’est.
  3. Voy. p. 40, note 1.
  4. Caseneuve, qui a eu entre les mains un ms. de Gir. de Rouss., celui qui appartient maintenant à la Bibliothèque nationale, a remarqué sur ce passage, dans ses notes sur le Dict. étym. de Ménage, 1724, I, 194, au mot bigot, qu’ici Bigot est un nom de peuple ; il l’entend « des peuples du Bas-Languedoc qui étoient anciennement appelés Gots et Wisigots, de sorte qu’il y a apparence que bigot est un nom formé par contraction de Wisigots, et qu’il a été depuis appliqué aux hypocrites : d’autant que les Wisigots étant hérétiques arriens, n’étoient religieux qu’en apparence. Quoi qu’il en soit, le dernier vers de ce roman [il s’agit du v. 1896 du ms. de Paris : Bigot e Proensal vengon essems] témoignent que c’étoient deux peuples voisins, » M. Fr. Michel accepte cette étymologie et voit encore les Goths dans le nom de cagot (ca goth, chien goth).