Page:Michaud - Biographie universelle ancienne et moderne - 1811 - Tome 20.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


BIOGRAPHIE UNIVERSELLE. H HÉLALY, poète persan, oriî^inâre dali et criminali collecta, !ib. v, d’une famille turque du Djngatay, fut 17^8 73. IIL Droits ef p’e'roj;athes c’Ievé à E>lerabad , et vint d.itis si des prélutur^s immédiates du Saint’ jeunesse à Herat, où il se fixi. Hc- Empire, Kempteu , 1 782 85, sans la’y, comme savant, ne le cède à an- nom d’anteur. Ce livre obtint Tap- cun de ses conlf.raporams : comme probation ge’nera!e. IV . Oii doit aus poêle, il les surpassa tous. ïl a com- soins de i’dljbé HHd , l’impression , pose un recueil de Melsue’vvy, dans le- à ses frais , d’un ouvrage plein de re- quel on distingue un morceau intitule’ cberches, et le fruit des veiil.s de Bc- le Roi et le derviche^ qui aurait fait noît Stadelbofer, aussi abbe’ de Hûtli honneur même à Snad}’. il éprouva, à et son prédécesseur, intitule’ : HisLO’ la fin de ses jours, un sort à- la- fois ria imperialis et exempti collegii singulier et cruel. Il passait parmi les liolhends in Suevid y ex monnmen-’ chytes(^qx. Ali, le khalife) pour être tis domesticis et extemis,potissunam très attache’ à la doctrine des sunnylesj paHem inedilis ^ eruta^ Ang>b<)urf^- ce qui n’empêcha pas Abid-Khan, in- 4°- L — y. prince Uzbfk, de le faire monrir com- HELEf Thomas d’). f^oj’ . Dhele. me parli.san de la secte dos chytes, HELENE (Ste. ), mère de Cons- l’an 936 de l’hég. ( i5-2()-5ode J,-G.) tantin-le-Grand , naquit, selon Pro- J—N. cope , vers l’an 247 , an bourg de IlELD ( WiLLEBOLD ) , aljbe de Drepane (t), dans la liithynie, de Roth en Soiiabe, ordre de Premon- parents pauvres et qui exerçaient, dit- tre’, et , en cette quaiilë, prélat immé- on, nue professio’i peu relevée ;2). diat de l’empire, était néà Erolzeim, Constance-Chlore, simple officier dans en !7u4-TI»éûlogieR profoiîdetcanu- les gardes piétoriennes, mais d’une niste distingué, il avait enseigné ces naissance illustre , fut frajipé de la deux sciences avec applaudissement, beauté d’Hélène, et î’épousa. Quelques 11 mourut le 3o octobre 1789. 11 est écrivains ne la nomment que sa con- antcur de beaucoup d’o:ivrages , dont

— 1.T Tir • nr ( i^ Con$t:!nlia hauLit-a le nom de Dreonn/- pa es prmCipaUX sont : I. NemeSlS Ao/-- celui .VtleUnovoUs, qV .1 donna ésajernéata «ne bertina , seu melhodus corri^endi ’ ^ ^’ ^ •]? ’^ Paiesii.u. , ° t.’ <^’elte opinion est celle qui réunit le plu» d«  CanOmCOS rej^ULareS prœmonatr’aten.’ partisans Mais Ics auieurs anglais, Baronius et SCS, Aus^bou’ro,,,5-;, in-8’ . uju- î;';,,i,,:ri’c:î;.’„ï,";„’r.sv"’!^"%: risprudentia universalis , ex juribus P^^ents iiiusires, et a uires, d.ns i.- diotèse de . • j- i rêves. Valois le neveu la laiideicendre de 1.1 fa- canonico , ci.’di , romano , eenna- me luiia. ( ^ r<,r. les Mém. de racadém det nico tam pubUco quàm pHyato , feu- ’yl^t.sZ^^.l’ù^!::::^’ "’ '"’ ’ "’" xz.