Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/174

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
172
LES FEMMES DE LA RÉVOLUTION

le bonnet connu des femmes du Calvados, coiffure modeste, moins triomphale que celle des dames de Caux. Contre l’usage du temps, malgré une chaleur de juillet, son sein était sévèrement recouvert d’un fichu de soie qui se renouait solidement derrière la taille. Elle avait une robe blanche, nul autre luxe que celui qui recommande la femme, les dentelles du bonnet flottantes autour de ses joues. Du reste, aucune pâleur, des joues roses, une voix assurée, nul signe d’émotion.

Elle franchit d’un pas ferme la première barrière, ne s’arrêtant pas à la consigne de la portière, qui la rappelait en vain. Elle subit l’inspection peu bienveillante de Catherine, qui, au bruit, avait entr’ouvert la porte et voulait l’empêcher d’entrer. Ce débat fut entendu de Marat, et les sons de cette voix vibrante, argentine, arrivèrent à lui. Il n’avait nulle horreur des femmes et, quoique au bain, il ordonna impérieusement qu’on la fît entrer.

La pièce était petite, obscure. Marat au bain, recouvert d’un drap sale et d’une planche sur laquelle il écrivait, ne laissait passer que la tête, les épaules et le bras droit. Ses cheveux gras, entourés d’un mouchoir ou d’une serviette, sa peau jaune et ses membres grêles, sa grande bouche batracienne, ne rappelaient pas beaucoup que cet être fut un homme. Du reste, la jeune fille, on peut bien le croire, n’y regarda pas. Elle avait promis des nouvelles de la Normandie ; il les demanda, les noms surtout des députés réfugiés à Caen ; elle les nomma, et il écrivait à mesure. Puis, ayant fini « C’est bon ! dans huit jours ils iront à la guillotine. »