Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/180

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
178
LES FEMMES DE LA RÉVOLUTION

fait faire un bonnet exprès pour son jugement. C’est ce qui explique pourquoi elle dépensa trente-six francs dans sa captivité si courte.

Quel serait le système de l’accusation ? Les autorités de Paris, dans une proclamation, attribuaient le crime aux fédéralistes, et en même temps disaient : « Que cette furie était sortie de la maison du ci-devant comte Dorset. » Fouquier-Tinville écrivait au Comité de sûreté « qu’il venait d’être informé qu’elle était l’amie de Belzunce, qu’elle avait voulu venger Belzunce et son parent Biron, récemment dénoncé par Marat, que Barbaroux l’avait poussée », etc. Roman absurde, dont il n’osa pas même parler dans son réquisitoire.

Le public ne s’y trompait pas. Tout le monde comprit qu’elle était seule, qu’elle n’avait eu de conseils que celui de son courage, de son dévouement, de son fanatisme. Les prisonniers de l’Abbaye, de la Conciergerie, le peuple même des rues (sauf les cris du premier moment), tous la regardaient dans le silence d’une respectueuse admiration. « Quand elle apparut dans l’auditoire, dit son défenseur officieux, Chauveau-Lagarde, tous, juges, jurés et spectateurs, ils avaient l’air de la prendre pour un juge qui les aurait appelés au tribunal suprême… On a pu peindre ses traits, dit-il encore, reproduire ses paroles ; mais nul art n’eût peint sa grande âme, respirant tout entière dans sa physionomie… l’effet moral dés débats et de ces choses qu’on sent, mais qu’il est impossible d’exprimer. »

Il rectifie ensuite ses réponses, habilement défigurées, mutilées, pâlies dans le Moniteur. Il n’y en