Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/200

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
198
LES FEMMES DE LA RÉVOLUTION

morte, je veux dire frappée à mort. Ce fut une ombre qui revint au petit appartement du passage du Commerce, dans la triste maison qui fait arcade et voûte entre le passage et la rue (triste elle-même) des Cordeliers ; c’est aujourd’hui la rue de l’École-de-Médecine.

Le coup était fort pour Danton. Il arrivait au point fatal où, l’homme ayant accompli par la concentration de ses puissances l’œuvre principale de sa vie, son unité diminue, sa dualité reparaît. Le ressort de la volonté étant moins tendu, reviennent avec force la nature et le cœur, ce qui fut primitif en l’homme. Cela, dans le cours ordinaire des choses, arrive en deux âges distincts, divisés par le temps. Mais alors, nous l’avons dit, il n’y avait plus de temps ; la Révolution l’avait tué, avec bien d’autres choses.

C’était déjà ce moment pour Danton. Son œuvre faite, le Salut public en 92, il eut, contre la volonté un moment détendue, l’insurrection de la nature, qui lui reprit le cœur, le fouilla durement, jusqu’à ce que l’orgueil et la fureur le reprissent à leur tour et le menassent rugissant à la mort.

Les hommes qui jettent la vie au dehors dans une si terrible abondance, qui nourrissent les peuples de leur parole, de leur poitrine brûlante, du sang de leur cœur, ont un grand besoin du foyer. Il faut qu’il se refasse, ce cœur, qu’il se calme, ce sang. Et cela ne se fait jamais que par une femme, et très bonne, comme était Mme Danton. Elle était, si nous en jugeons par le portrait et le buste, forte et calme, autant que belle et douce : la tradition d’Arcis, où elle alla souvent, ajoute qu’elle était pieuse, naturellement mélancolique, d’un caractère timide.