Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/253

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



XXIX

INDIFFÉRENCE À LA VIE. – AMOURS RAPIDES DES PRISONS
(93-94)


La prodigalité de la peine de mort avait produit son effet ordinaire : une étonnante indifférence à la vie.

La Terreur généralement était une loterie. Elle frappait au hasard, très souvent frappait à côté. Elle manquait ainsi son objet. Ce grand sacrifice d’efforts et de sang, cette terrible accumulation de haines, étaient en pure perte. On sentait confusément, instinctivement, l’inutilité de ce qui se faisait. De là un grand découragement, une rapide et funeste démoralisation, une sorte de choléra moral.

Quand le nerf moral se brise, deux choses contraires en adviennent. Les uns, décidés à vivre à tout prix, s’établissent en pleine boue. Les autres, d’ennui, de nausée, vont au-devant de la mort, ou du moins ne la fuient plus.