Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/256

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
254
LES FEMMES DE LA RÉVOLUTION

Qu’est-ce que l’homme physique et la vie ? Un gaz solidifié[1].

  1. Je trouve avec bonheur, chez Liebig (Nouvelles lettres sur la chimie, lettre XXXVI), cette observation si juste, qui, dans cette extrême mobilité de l’être physique, me garantit la fixité de mon âme et son indépendance : « L’être immatériel, conscient, pensant et sensible, qui habite la boîte d’air condensé qu’on appelle homme, est-il un simple effet de sa structure et de sa disposition intérieure ? Beaucoup le croient ainsi. Mais, si cela était vrai, l’homme devrait être identique avec le bœuf ou tout autre animal inférieur dont il ne diffère pas, comme composition et disposition. » Plus la chimie me prouve que je suis matériellement semblable à l’animal, plus elle m’oblige de rapporter à un principe différent mes énergies si variées et tellement supérieures aux siennes.