Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/308

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
306
LES SOLDATS DE LA RÉVOLUTION

supériorité de la Bretagne et de la France sur tous les peuples du monde, c.’était peu de l’affirmer, il voulait la prouver aussi, à la vieille façon bretonne, par son bras et son épée.

Là, que de difficultés ! Le fils d’un avocat de Basse-Bretagne, tant bon gentilhomme fût-il, avait bien peu de chances dans l’état militaire. Tous les grades se donnaient à la noblesse de cour. On voyait des officiers de quinze ans, gradés pour leur jolie figure. On voyait des colonels de dix ans ; on en voyait au maillot, teter devant leur régiment, à la barbe des vieux grenadiers.

Corret, après avoir fait d’excellentes études à l’école de La Flèche, s’était formé dans l’arme qui fait les bons et solides militaires, dans l’infanterie. Il y resta d’abord treize ans, sans avoir rien qu’une lieutenance, malade presque toujours (par suite d’un accident), traînant tantôt aux eaux de Bade, tantôt aux eaux de Plombières ; on était même obligé de le mettre sur un petit chariot ; personne, en le voyant là, n’eût deviné que, plus tard, lancé par la Révolution, il étonnerait les Basques eux-mêmes de son agilité dans une guerre de montagnes.

En attendant, de garnison en garnison, il se mourait d’ennui.