Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/59

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



VII

LE PALAIS-ROYAL EN 1790. — ÉMANCIPATION DES FEMMES
LA CAVE DES JACOBINS


Le droit des femmes à l’égalité, leurs titres à l’influence, au pouvoir politique, furent réclamés en 90, par deux hommes fort différents : l’un, parleur éloquent, esprit hasardé, romanesque ; l’autre le plus grave et le plus autorisé de l’époque. Il faut replacer le lecteur dans le grand foyer de fermentation où tous deux se faisaient entendre.

Entrons au lieu même d’où la Révolution partit le 12 juillet, au Palais-Royal, au Cirque qui occupait alors le milieu du jardin. Écartons cette foule agitée, ces groupes bruyants, ces nuées de femmes vouées aux libertés de la nature. Traversons les étroites galeries de bois, encombrées, étouffées ; par ce passage obscur, où nous descendons quinze marches, nous voici au milieu du Cirque.

On prêche ! qui s’y serait attendu, dans ce lieu, dans cette réunion, si mondaine, mêlée de jolies femmes équivoques ? Au premier coup d’œil on dirait