Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
63
LES SALONS. — Mme DE STAËL

presque femme de son père, en prit les défauts pêle-mêle et les qualités, l’éloquence, l’enflure, la sensibilité, le pathos. Quand Necker publia son fameux Comte rendu, si diversement jugé, on lui en montra un jour une éloquente apologie, tout enthousiaste ; le cœur y débordait tellement que le père ne put s’y tromper : il reconnut sa fille. Elle avait alors seize ans.

Elle aimait son père comme homme, l’admirait comme écrivain, le vénérait comme idéal du citoyen, du philosophe, du sage, de l’homme d’État. Elle ne tolérait personne qui ne tînt Necker pour Dieu : folie vertueuse, naïve, plus touchante encore que ridicule. Quand Necker, au jour de son triomphe, rentra dans Paris et parut au balcon de l’Hôtel de Ville, entre sa femme et sa fille, celle-ci succomba à la plénitude du sentiment et s’évanouit de bonheur.

Elle avait de grands besoins de cœur, en proportion de son talent. Après la fuite de son père et la perte de ses premières espérances, retombée de Rousseau à Montesquieu, aux prudentes théories constitutionnelles, elle restait romanesque en amour ; elle aurait voulu aimer un héros. Son époux, l’honnête et froid M. de Staël, ambassadeur de Suède, n’avait rien qui répondit à son idéal. Ne trouvant point de héros à aimer, elle compta sur le souffle puissant, chaleureux, qui était en elle, et elle entreprit d’en faire un.

Elle trouva un joli homme, roué, brave, spirituel, M. de Narbonne. Qu’il y eût peu ou beaucoup d’étoffe, elle crut qu’elle suffirait, étant doublée de son cœur. Elle l’aimait surtout pour les dons héroï-