Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/65

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
64
LES FEMMES DE LA RÉVOLUTION

ques qu’elle voulait mettre en lui. Elle l’aimait, il faut le dire aussi (car elle était une femme), pour son audace, sa fatuité. Il était fort mal avec la cour, mal avec bien des salons. C’était vraiment un grand seigneur, d’élégance et de bonne grâce, mais mal vu des siens, d’une consistance équivoque. Ce qui piquait beaucoup les femmes, c’est qu’on se disait à l’oreille qu’il était le fruit d’un inceste de Louis XV avec sa fille. La chose n’était pas invraisemblable. Lorsque le parti jésuite fit chasser Voltaire et les ministres voltairiens (les d’Argenson, Machault encore, qui parlait trop des biens du clergé), il fallait trouver un moyen d’annuler la Pompadour, protectrice de ces novateurs. Une fille du roi, vive et ardente, Polonaise comme sa mère, se dévoua, autre Judith, à l’œuvre héroïque, sanctifiée par le but. Elle était extraordinairement violente et passionnée, folle de musique, où la dirigeait le peu scrupuleux Beaumarchais. Elle s’empara de son père, et le gouverna quelque temps, au nez de la Pompadour. Il en serait résulté, selon la tradition, ce joli homme, spirituel, un peu effronté, qui apporta en naissant une aimable scélératesse à troubler toutes femmes.

Mme de Staël avait une chose bien cruelle pour une femme : c’est qu’elle n’était pas belle. Elle avait les traits gros et le nez surtout. Elle avait la taille assez forte, la peau d’une qualité médiocrement attirante. Ses gestes étaient plutôt énergiques que gracieux debout, les mains derrière le dos, devant une cheminée, elle dominait un salon, d’une attitude virile, d’une parole puissante, qui contrastait