Page:Mickiewicz - Les Slaves, tome 1.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’histoire moderne fournissent des exemples. Je mentionnerai en première ligne les vieux peuples monténégrins dont les mœurs rappellent les montagnards d’Écosse ; mais, plus heureux. les Highlanders de l’Adriatique ont réussi à défendre leur indépendance contre les empires turc, grec, allemand, français, et peut-être même contre l’empire romain. Dans Raguse, nous trouvons une Venise slave, rivale de cette puissante Venise qui, par parenthèse, doit aussi son origine aux Slaves. Ces peuples se retrouvent dans l’antique Illyrie, la Bosnie, l’Hertzogowine, le royaume de Bohême, une portion de la Hongrie, les contrées composant la majeure partie de l’Autriche, l’empire russe et tout l’ancien royaume de Pologne. En ajoutant a tant de noms ceux de la Servie, de la Bulgarie ; en mentionnant tous les éléments slaves répandus au milieu des peuples romans de la Moldavie et de la Valachie, nous aurons ainsi le tableau complet de tous les pays ou plutôt de toute la race slave.

La langue d’une race si nombreuse ne peut manquer de se diviser en un grand nombre de dialectes ; cependant ces dialectes conservent le caractère de l’unité. C’est une seule et même langue, mais sous des formules diverses et à différents degrés de développement. Ainsi, parmi eux nous trouvons la langue morte et sacrée dans le slave antique, la langue de la législation et du commandement dans le russe, la langue de la littérature et de la conversation dans le polonais, la langue de la science dans le bohême, enfin la langue de la poésie et de la musique dans les dia-