Page:Millanvoye — Anthologie des poètes de Montmartre, éd7.djvu/209

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ce sont eux qui font les titis,
Qui rigolent aux paradis
Des théâtres, des hyppodrômes,
                       Les mômes.
Ils sont malins, ils sont adroits ;
Ils savent user de leurs doigts
Et faire manœuvrer leurs paumes,
                       Les mômes.

Ils n’aiment pas les vieux pantins,
Les tartufes, les puritains ;
Ils ne chantent jamais de psaumes.
                       Les mômes.
Pour embêter les dirigeants
Ainsi que messieurs les agents,
Ils organisent des monômes,
                       Les mômes.

De nos cœurs et de nos esprits,
Du cerveau de notre Paris,
Ils sont les multiples atômes,
                       Les mômes.
Pour les chagrins et les douleurs,
Pour calmer l’âpreté des pleurs,
Ils sont encor les meilleurs baumes
                       Les mômes !