Page:Millaud - La Créole.pdf/56

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Scène V

Les Mêmes, LE COMMANDANT.



LE COMMANDANT.

Eh bien, ici, où en est-on ?


DORA.

Peuh !


LE COMMANDANT.

Comment !


DORA.

Pendant un instant, ça n’a pas été trop mal… il m’embrassait, puis tout d’un coup, il s’est arrêté en disant : Je ne veux plus… je ne veux plus…


LE COMMANDANT, l’imitant.

Je ne veux plus, je ne veux plus, il a dit ça…


DORA.

Oui, il l’a dit.


LE COMMANDANT.

Ah bien ! par exemple, je comprends à la rigueur, la réserve, le respect, je comprends à la rigueur qu’on ne t’embrasse pas, mais une chose que je ne comprends pas, c’est que lorsqu’on a commencé à t’embrasser l’on puisse s’arrêter ; aussi, moi, si je commençais à t’embrasser je ne m’arrêterais plus ; aussi, tu vois, je ne commence pas.


DORA.

Eh bien, lui, il a commencé, et puis il s’est arrêté.


LE COMMANDANT, à Frontignac.

Tu t’es arrêté ?


FRONTIGNAC.

Dame !