Page:Millaud - La Créole.pdf/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



DORA.

Non, je ne me rappelle pas, je ne veux pas me rappeler, nous n’avons plus le droit de parler d’amour, nous ne pouvons plus parler que d’amitié…


RÉNÉ.

Eh bien, soit, parlons d’amitié.


DORA.

L’amitié, l’amitié, ce n’est plus la même chose.


RÉNÉ.
DUO.
COUPLETS.
I
–––Dora ! Dora, ah ! que vous êtes jolie,
–––––––Comme vous êtes embellie !

DORA.
–––––Les amis ne sont pas des amants,
––––Pour faire ainsi de pareils compliments.

RÉNÉ.
––––––Mais si, Dora, je vous assure.

Il lui prend la main.


DORA.
––––Laissez ma main, ah ! Réné, ah ! Réné !

RÉNÉ.
––––––C’est de l’amitié toute pure.

DORA.
––––––Ah ! quelle drôle d’amitié !

ENSEMBLE.
––––––C’est de l’amitié bien pure !
II

RÉNÉ, s’asseyant près de Dora.
––––Dora ! Dora ! que votre taille est fine,
––––––Et que votre lèvre est mutine !

DORA.
–––––Les amis sont, dit-on, plus discrets,
––––––Et ne s’approchent pas si près.

RÉNÉ.
––––––Mais si, Dora, je vous assure.

Il l’embrasse.