Page:Millaud - Madame l'Archiduc.pdf/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MARIETTA.
––––––Ils allaient bien. Oui, je l’avoue.

GILETTI.
––––––Ils se serraient.

MARIETTA.
––––––Ils se serraient. C’était charmant.

GILETTI.
––––––Il l’embrassait…

MARIETTA.
––––––Il l’embrassait… A pleine joue.

GILETTI.
––––––Si gentiment.

MARIETTA.
––––––Si gentiment. Si tendrement.

GILETTI.
––––––Ah ! Marietta !

MARIETTA.
––––––Ah ! Marietta ! Ah ! Giletti !
ENSEMBLE.
––––––C’était gentil, c’était gentil.

GILETTI.
–––––––––Dis donc, il me semble
––––––Que nous pourrions en faire autant.

MARIETTA.
––––––Ils pourraient nous voir, je tremble.
–––––––––Voyons… sois prudent.

Giletti s’assied à la table de gauche, Marietta près de lui.


GILETTI.
––––––Je serrerai ta taille fine,
––––––––––Bien doucement.

MARIETTA.
––––––––––Bien doucement.