Page:Mirbeau - L’Épidémie.djvu/23

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

LE MEMBRE DE LA MAJORITÉ

Pas d’officiers ?

LE MAIRE

Non !… pas d’officiers, heureusement !… Le mal s’arrête aux adjudants… Il ne s’attaque qu’aux simples soldats et aux sous-officiers, comme toujours !

LE DOCTEUR TRICEPS

C’est normal !

LE MEMBRE DE LA MAJORITÉ

Je remercie M. le Maire de ses explications loyales et rassurantes…

LE MEMBRE DE L’OPPOSITION

Enfin, je ne vois pas du tout — mais pas du tout — pourquoi l’on nous a convoqués !… Cette épidémie n’est pas de notre compétence… j’allais dire… de notre juridiction… Elle n’offre aucun caractère municipal !…

LE MAIRE

Une administration sage doit être, en même temps, prévoyante… L’épidémie peut s’étendre de l’arsenal à la ville, du militaire au bourgeois…

LE MEMBRE DE L’OPPOSITION

Allons donc !…

LE DOCTEUR TRICEPS

Nous n’avons pas à prévoir des choses qui ne sont pas encore arrivées… Je connais la marche et, si je puis dire, l’esprit de ces sortes d’épidémies… C’est un esprit hiérarchique… Si, contrairement aux avis de la science, une pareille éventualité se produisait… si des symptômes