Page:Mirbeau - L’Épidémie.djvu/26

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

LE MEMBRE DE L’OPPOSITION

C’est leur métier de mourir !…

LE MEMBRE DE LA MAJORITÉ

Leur devoir de mourir !…

LE TRÈS VIEUX CONSEILLER

Leur honneur de mourir !

LE MEMBRE DE L’OPPOSITION

Aujourd’hui qu’il n’y a plus de guerres, les épidémies sont des écoles, de nécessaires et admirables écoles d’héroïsme !… S’il n’y avait pas d’épidémies, Messieurs, où donc les soldats apprendraient-ils aujourd’hui le mépris de la mort… et le sacrifice de leur personne à la patrie ?…

LE MAIRE

S’il n’y a plus de guerres, il y a toujours des conseils de guerre !…

LE MEMBRE DE l’OPPOSITION, haussant les épaules et continuant.

Où donc cultiveraient-ils cette vertu si française : le courage ?… Ce qu’on nous demande, c’est de consacrer une lâcheté !

LE MEMBRE DE LA MAJORITÉ

De déconsidérer l’armée !

LE MEMBRE DE L’OPPOSITION

De diminuer l’honneur national… de tuer le patriotisme !… Eh bien, non ! (Assentiment général.)

LE DOCTEUR TRICEPS (Il se lève… Mouvement d’attention.)

Je m’associe aux idées si généreusement exprimées par mes honorables collègues… J’irai plus loin… Aujourd’hui la science est aux microbes, à l’eau de source, aux loge-