Page:Mirbeau - Lettres de ma chaumière.djvu/97

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.






LES EAUX MUETTES


À MM. Amédée et Émile de Lécluze Trévoëdal.