Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/196

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XV


DES .III. DAMES
QUI TROUVERENT L’ANEL.


Manuscrit F. Fr. 887, f. 118 r° à 119 v°.



Oiez, seignor, un bon fablel.
Uns clers le fist por un anel
Que .III. dames .I. main trovèrent.
Entre eles .III. Jhesu jurèrent
Que icele l’anel auroit
Qui son mari mieux guileroit
Por fère à son ami son buen,
L’anel auroit et seroit sien.
La première se porpenssa
En quel guise l’anel aura.
Son ami a tantost mandé ;
Quant il sot qu’el l’a comandé,
Si vint à li delivrement,
Quar il l’amoit moult durement,
Et ele lui, si n’ot pas tort.
Del meillor vin et del plus fort
C’on pot trover en cele terre
Fist la dame maintenant querre.
Et si ot quis dras moniaus