Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/329

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XXVII


DU PREUDOME
QUI RESCOLT SON COMPERE DE NOIER.


Man. F. F. 19, 152, fol. 35 v°.



Il avint à.I. pescheor,
Qui en la mer aloit.I. jor,
En un batel tendi sa roi.
Garda, si vit très devant soi
.I. home molt près de noier.
Cil fu moult preuz et molt legier,
Sus ses piez salt, un croq a pris,
Liève, si fiert celui el vis
Que parmi l’ueil li a fichié ;
El batel l’a à soi saichié.
Arriers s’en vait, sanz plus attendre ;
Totes ses roiz laissa à tendre ;
A son ostel l’en fîst porter,
Molt bien servir et honorer.
Tant que il fust toz respassez.
A lonc tens s’est cil propenssez
Que il avoit son oill perdu
Et mal li estoit avenu :
« Cist vilains m’a mon ueil crevé,
Et ge ne l’ai de riens grevé ;