Page:Montaigne - Essais, Éd de Bordeaux, 1.djvu/98

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



avoir recogneu le danger de pres, de saigner du nez et d’alterer encore despuis cette contenance desmise et flatteuse qu’il avoit entreprise, en une contenance effraiée : chargeant sa voix et ses yeux d’estonnement et de penitence. Cherchant à conniller et se desrober, il les enflamma et appela sur soy. On deliberoit de faire une montre generalle de diverses trouppes en armes, (c’est le lieu des vengeances secretes, et n’est point où, en plus grande seurté, on les puisse exercer). Il y avoit publiques et notoires apparences, qu’il n’y faisoit pas fort bon pour aucuns, ausquels touchoit la principalle et necessaire charge de les recognoistre. Il s’y proposa divers conseils comme en chose difficile, et qui avoit beaucoup de poids et de suyte. Le mien fut, qu’on evitast sur tout de donner aucun tesmoignage de ce doubte et qu’on s’y trouvast et meslast parmy les files, la teste droicte et le visage ouvert, et qu’au lieu d’en retrancher aucune chose (à quoy les autres opinions visoyent le plus) qu’au contraire on sollicitast les capitaines d’advertir les soldats de faire leurs salves belles et gaillardes en l’honneur des assistans, et n’espargner leur poudre. Cela servit de gratification envers ces troupes suspectes, et engendra dés lors en avant une mutuelle et utile confience.

La voye qu’y tint Julius Caesar, je trouve que c’est la plus belle qu’on puisse prendre. Premierement il essaya, par clemence et douceur, à se faire aymer de ses ennemis mesmes, se contentant, aux conjurations qui luy estoient descouvertes, de déclarer simplement qu’il en estoit adverty : cela faict, il print une tres-noble resolution d’attendre, sans effroy et sans solicitude, ce qui luy en pourroit advenir, s’abandonnant et se remettant à la garde des dieux et de la fortune ; car certainement c’est l’estat où il estoit quand il fut tué. Un estranger, ayant dict et publié par tout qu’il pourroit instruire Dionysius, Tyran de Syracuse, d’un moyen de sentir et descouvrir en toute certitude les parties que ses subjects