Page:Montaigne - Essais, Musart, 1847.djvu/159

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
153
CHAPITRE XVIII.

mente et appelaient le secours des dieux : « Taisez-vous, dit-il ; qu’ils ne sentent point que vous soyez ici avec moi. » Et d’un plus présent exemple, Albuquerque, vice-roi en l’Inde pour Emmanuel, roi de Portugal, en un extrême péril de fortune de mer, prit sur ses épaules un jeune garçon, pour cette seule fin qu’en la société de leur péril, son innocence lui servît de garant et de recommandation envers la faveur divine pour le mettre en sauveté.

Ce n’est pas que le sage ne puisse partout vivre content, voire et seul en la foule d’un palais ; mais s’il est à choisir, il en fuira, dit l’école, même la vue : il portera, s’il est besoin, cela ; mais s’il est en lui, il élira ceci. Il ne lui semble point suffisamment s’être défait des vices, s’il faut encore qu’il conteste avec ceux d’autrui. Charondas châtiait pour mauvais ceux qui étaient convaincus de hanter mauvaise compagnie.

Il n’est rien si dissociable et sociable que l’homme, l’un par son vice, l’autre par sa nature. Et Antisthènes ne me semble pas avoir satisfait à celui qui lui reprochait sa conversation avec les méchants, en disant que les médecins vivent bien entre les malades ; car s’ils servent à la santé des malades, ils détériorent la leur par la contagion, la vue continuelle et pratique des maladies.

Or, la fin, ce crois-je, en est toute une, d’en vivre plus à loisir et à son aise ; mais on n’en cherche pas toujours bien le chemin. Souvent on pense avoir quitté les affaires, on ne les a que changées : il n’y a guère moins de tourment au gouvernement d’une famille que d’un état entier. Où que l’âme soit empêchée, elle y est toute ;