Page:Montesquieu - Œuvres complètes, éd. Laboulaye, t6.djvu/373

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
357
ET ALPHABÉTIQUE.


qui représentaient la monnoie, devinrent monnoie comme la monnoie même, XXII, 2. Par quelle loi il multiplia les mariages, XXIII, 21. La loi par laquelle il défendit de garder chei soi plus de soixante sesterces, étoit sage et juste : celle de Law, qui portoit la même défense, étoit injuste et funeste, XXIX, 6. Décrit les mœurs des Germains en quelques pages : ces pages sont des volumes : on y trouve le code des lois barbares, XXX, 2.

CÉSARS. Ne sont point auteurs des lois qu’ils publièrent pour favoriser la calomnie, XII, 16.

Cession de biens. Ne peut avoir lieu dans les états despotiques : utile dans les états modérés, V, 15. Avantages qu’elle auroit procurés à Rome, si elle eût été établie du temps de la république, ibid.

Ceylan. Un homme y vit pour dix sols par mois : la polygamie y est donc en sa place, XVI, 3.

CHAINDASUINDE. Fut un des réformamateurs des lois des Wisîgoths, XXVIII, 1. Proscrivit les lois romaines, XXVIII, 7. Veut inutilement abolir le combat judiciaire, XXVIII, 18.

Champagne. Les coutumes de cette province ont été accordées par le roi Thibault. XXVIII, 45.

Champions. Chacun en louoit un pour un certain temps, pour combattre dans ses affaires, XXVIII, 10. Peines que l'on infligeoit à ceux qui ne se battoient pas de bonne foi, XXVIII, 24.

Change. Répand l’argent partout où il a lieu, XXII, 6. Ce qui le forme. Sa définition : ses variations ; causes de ses variations : comment il attire les richesses d’un état dans un autre : ses différentes positions et ses différents effets, XXII, 10. Est un obstacle aux coups d’autorité que les princes pourroient faire sur le titre des mon noies, XXII, 13. Comment gêne les états despotiques, XXII, 14. Voyez Lettres de change.

Charbon de terre. Les pays qui en produisent sont plus peuplés que d’autres, XXIII, 14.

Charges. Doivent-elles être vénales V,19.

CHARLES MARTEL. C’est lui qui fit rédiger les lois des Frisons, XXVIII, 1. Les nouveaux fiefs qu’il fonda prouvent que le domaine des rois n’étoit pas alors inaliénable, XXXI, 7. Opprima, par politique, le clergé que Pépin, son père, avoit protégé par politique, XXXI, 9. Entreprit de dépouiller le clergé dans les circonstances les plus heureuses : la politique lui attachoit le pape, et l'attachoit au pape, XXXI, 11. Donna les biens de l’Église indifféremment en fiefs et en alleux : pourquoi, XXXI, 14. Trouva l’état si épuisé qu’il ne put le relever, XXXI, 22. A-t-il rendu la comté de Toulouse héréditaire, XXXI, 28.

CHARLEMAGNE. Son empire fut divisé, parce qu’il étoit trop grand pour une monarchie, VIII, 17. Sa conduite envers les Saxons, X, 3. Est le premier qui donna aux Saxons la loi que nous avons, XXVIII, 1. Faux capitulaire que l’on lui a attribué, XXVIII, 8. Quelle collection de canons il introduisit en France, XXVIII, 9. Les règnes malheureux qui suivirent le sien,